Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Publié le par Nathalie B

 

Il y a quelques mois de ça, j'ai été invité par Bonduelle à passer un petit séjour dans le Nord, sur le site de Renescure, sur les terres historiques de la marque pour découvrir la Vie des légumes, de la récolte au conditionnement .

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Un peu d'histoire avant tout ...

Tout a commencé avec Louis-Antoine Bonduelle-Dalle, cultivateur et fabricant d'huile et Louis Lesaffre-Roussel, distillateur. Ils s'associent en 1853 pour créer  la société "Lesaffre et Bonduelle, Alcools de l'Abbaye". 
A leur mort, les fondateurs vont laissés à leurs descendants plusieurs distilleries et des domaines agricoles.

La famille Bonduelle récupérera ces domaines et le site de Renescure ( producteur de petits pois, haricots  ... ). Ils produiront tout d'abord des céréales, puis en 1926, l'atelier conserverie est aménagé sur ce site.

C'est en 1947 que la marque Bonduelle est créée.

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

A ce jour, Christophe Bonduelle est à la tête du groupe Bonduelle. C'est le représentant de la sixième génération à la tête de ce groupe présent dans plus de 100 pays. Incroyable ....

Aujourd'hui, Bonduelle propose des légumes sous différentes formes : des légumes en conserves, des légumes surgelés mais aussi des salades en sachet et des salades traiteur.

Difficile de ne pas trouver son bonheur.

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

A cette période de l'année, on était en plein récolte de haricots verts. Bonduelle s’attache à s’approvisionner en légumes locaux.

Vous ne le savez peut être pas mais 85% des produits vendus par Bonduelle sont cultivés et transformés en France et en saison. Au total 500 variétés de 30 légumes différents sur environ 32000 ha.

Les champs se situent très près des usines afin de réduire le temps entre la récolte du légume et sa transformation en usine. Les légumes proviennent de producteurs présents dans un rayon de 80 km autour des usines, soit à deux heures maximum du site de production.

Quand récolter et à quel moment? Telle est la question que se posent tous les jours les agronomes et les chefs de plaine ... un métier passionnant.

Une chose très importante, il faut savoir que depuis 2015, la marque a permis de réduire de 17% l'utilisation d'intrants dans  leurs cultures sans perte de rendement et ceci grâce à l'utilisation de pièges à insectes, de désherbage mécanique .... une belle décision !!!!

 

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Les plants sont magnifiques et ceci grace à la qualité de la terre.

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Pour maintenir cette bonne terre, il est nécéssaire de  :

  • Choisir la bonne variété de graines, sans OGM,
  • Planter d’autres plantes pour ne pas laisser la terre nue et du coup s’abimer entre deux cultures,
  • Faire tourner les cultures sans remettre les mêmes d’une année à l’autre.
Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...
Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Une fois cueillis, les haricots verts sont lavés permettant d'éliminer les matières étrangères (terre, poussière).

Les extrémités des légumes sont coupées mécaniquement, puis ils passent dans des cylindres perforés qui les sélectionnent selon leurs dimensions.

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Ils sont ensuite  blanchis, mis en boite .... Chaque boite est sertie grâce à un procédé garantissant l’étanchéité, puis stérilisé permettant la cuisson du légume.

Chose très importante, les boites de conserve Bonduelle ne contiennent pas de bisphénol A.

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Une fois refroidies, les boites sont empilées et stockées en entrepôt en attendant de les étiqueter et de les expédier.

Un processus simple pour un produit de qualité ...

Une journée chez Bonduelle : Du champ à l'assiette ...

Quel séjour, quelle belle découverte ...

Merci à Monsieur Christophe Bonduelle président directeur général, à Madame Hélène d'Huyvetter, directrice de l'usine Renescure, à Nadege Hottin et David Llanès du service communication  pour leur accueil.

Publié dans Légumes, Reportage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article